logo riva logo riva
 

ARCHIVES

 

Identifiez-vous | Demander un compte

Rechercher dans les archives

Recherche avancée

      caddy Panier - 0 image(s)

Pompiers d'Antananarivo / Rijasolo / 60 images

Le Corps des Sapeurs-Pompiers d'Antananarivo, capitale de Madagascar, a été créé en 1949 par l'administration coloniale française. L'unique caserne de sapeur-pompier est située dans le quartier de Tsaralalana dans le centre-ville. Alors que la population de la capitale malagasy compte presque 2 millions d'habitants et ne cesse de croître, les sapeurs-pompiers d'Antananarivo ne sont que 116 et interviennent sur une zone d'environ 50 km². Tous ont un statut d'agent communal excepté les 8 officiers de l'armée qui encadrent et organisent la caserne. Malgré un salaire dérisoire (30 € par mois pour 80 heures de service par semaine en début de carrière), ces pompiers professionnels sont passionnés et dévoués à leur mission de service publique mais l'efficacité de leurs interventions souffrent d'un manque cruel de moyens materiels et, par conséquent, d'un manque de considération de la population Tananarivienne. « Nous ne sommes pas aussi célèbres que les sapeurs-pompiers de Paris qui sont respectés par tous les Parisiens » précise le colonel Jaona ANDRIANAIVO, commandant du corps des sapeurs-pompiers. « Nous devons retrouver la confiance de la population et favoriser les programmes de coopération pour nous développer (...) ». Le Bataillon des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) reste un modèle pour les pompiers de Tana. Certains ont l'opportunité de faire un stage de formation de quelques mois au sein du BSPP. D'autres programmes de coopération technique et matérielle sont régulièrement mises en place, notamment avec le département de Vendée ou celui de la Réunion. Depuis 2004, le gouvernement du Japon est allé plus loin en cédant 6 camions-incendies particulièrement adaptés aux étroites rues d'Antananarivo. Selon le colonel ANDRIANAIVO, le plus important est d'informer les Tananariviens : « Souvent ils hésitent à nous appeler car ils pensent que l'intervention sera payante (...) »